mercredi 26 septembre 2018

Pourquoi quand je veux changer mes fonctionnements... ça bloque !






Bas les masques ! Pourquoi quand je veux changer mes fonctionnements... ça bloque !

Ego, quand tu nous tiens... mais pas que....

J’ai décider de changer de fonctionnement, d’aller sur mon propre chemin, de dire adieu à tout ce que l’on a toujours attendu de moi et d’oublier mes tragédies... Oui mais... j’ai envie de changement ? Je vois ce qu’il y a à changer. Je trouve le bon moyen de passer à l’action. Et pourtant, ça bloque ou tout va de travers....

C’est la faute à pas de chance ! Peut être ! Peut être pas !

Pour les moins confiants... ça sera sûrement de leur faute : pas assez de préparation. Le projet ne tient pas la route. l’action n’est pas juste. Ce n’est pas le moment. Au pire, on s’accusera de nullité... (on aime bien ça en générale)

Et si tout simplement, il s’agissait en fait d’une forme de résistance de l’enfant intérieur blessé ?

On peut aussi appeler cela : de l’auto-sabotage.

Posez-vous la question :

Et si je réussissais enfin, qu’adviendrait-il de toutes les souffrances liées à ceux que j’ai reconnu comme étant responsables de mes échecs passés ? Comment pourrais-je avoir la reconnaissance de tous les tors que l’on m’a fait ? Et à quel moment justice sera faite ?

Zut ! pourtant j’ai fait un travail de pardon.

Manque de pardon, manque de volonté ? Peut’être ou peut-être pas. Ce qui se passe dans l’inconscient, tant que cela n’est pas vu, reste plus puissant que tout !

Bien sûr, celui qui bloque et résiste au changement ( en plus de l’ego spécialiste du fait ) réside dans l’inconscient. Il s’appelle enfant intérieur blessé et il est en résistance, car il est bloqué dans un espace de refus de la réalité, de ce qui c’est passé au cours de ses premières années sur terre. La dessus, vous ajoutez le grain de sable de l’ego qui veut toujours avoir raison et vous obtenez un bouchon énergétique d’auto-sabotage très puissant.

Le pouvoir de l’enfant intérieur est très grand. Et c’est pour cela qu’en soin, j’arrive toujours à un moment donné à son niveau et que par mon approche de la reconnexion avec lui, j’essaie de rétablir le contact entre lui et la personne qui me consulte.

Pourquoi ?

Parce qu’il détient la clé de la liberté de l’âme à manifester ce qu’elle est dans sa fréquence. Il est la partie de l’âme manifesté. Par lui, on peut guérir ses blessures d’âme. Il est plus qu’important de s’occuper de lui, de ses émotions qui traduisent son mal-être.

Une souffrance de l’âme non vue et non résolue entraîne cette forme d’auto-sabotage, car l’âme sait quand elle a vécu un traumatisme lié à une expression qui n’est pas alignée sur le divin, sur le monde d’où elle vient. Pour survivre dans la matière et dans ce monde, elle accepte de faire porter des masques à la partie de conscience qui s’est incarnée. Mais un bout d’elle est resté coincé dans l’espace “ ça n’aurait pas dû se passer comme ça”! Ce bout d’âme ne peut pas grandir et attend que la conscience, l’être vienne la chercher consciemment et l’aide à retrouver le chemin de sa globalité. C’est le travail de la reconnexion. Ce qui va amener à un troisième élément : la maîtrise et l’autonomisation dans le monde de la matière.

Pour récapituler : il y a l’âme qui vit des choses qu’elles sait ne pas être conformes à une normalité, réalité divine. Il y a l’ego qui cherche à avoir raison, l’humain avec ses mécanismes et expériences humaine. Il y a le troisième élément qui naît de la confrontation de l’âme à la matière (expérience et fonctionnement égotique).

Ce troisième élément vient après la reconnaissance de la blessure, de son expression consciente au niveau de l’enfant qui l’a vécu et de la compréhension de expérience au travers d’une nouvelle position de la conscience. L’ingrédient final et le parentage qui permet de devenir autonome en entrant pleinement en possession de son propre pouvoir. Je vous renvois ici à mes vidéos pour plus d’information sur le sujet.

Pour contrer l’ego qui lui veut toujours avoir raison, pensez à cette simple phrase, mais tellement magnifique de Jeschua :

“Préfères-tu avoir raison ou être heureux ( heureuse) ?”

Pour terminer cet article, j’ai envie de dire que tout a un sens, que tout sert La Sainte Esprit qui cherche à nous ramener vers le vivant et l’expression la plus noble du vivant, mais aussi vers la lumière que nous sommes, au sein de la matière.

Tout soin de reconnexion que je pratique peut être fait à distance, sur internet ou au téléphone... aucune limite au pouvoir de l’intention et de l’énergie.

J’étofferai bientôt cet article par une vidéo

https//:evelynecavalleroenergie.com

mercredi 5 septembre 2018

De cœur à cœur, merci à tous ceux qui me suivent, depuis peu ou depuis longtemps.
Merci pour votre présence sur ma page, votre sensibilité, votre curiosité et votre amour bienveillant.
Nous traversons ensemble, les méandres des temps sur lesquels nous surfons en ce moment.
Des temps qui ne sont pas toujours faciles, car ils demandent une grande présence à soi.
Je crois qu'il est temps pour chacun d'entre-nous de reconnaître, combien nous sommes de valeureux chevaliers (l'esprit, l'adulte en nous). ET remercions l'ange (l'âme, l'enfant intérieur doué) qui nous inspire d'aller vers ce qu'il y a de mieux et de plus noble pour nous.
Nous œuvrons tous sur cette trame du temps avec ce que nous sommes, ce que nous désirons et nos aspirations. Nous sommes toujours à la bonne place, car rien ne peut être autrement...
L'important n'est pas d'atteindre un but, mais d'être présent sur le chemin.
nous sommes tellement plus grands que ce que nous croyons, mais nous jouons à ceux qui pense être petits et insignifiants...
Il est peut-être temps de rappeler aussi à nos cellules, en leur parlant avec douceur et conviction, qu'elles ont en elles le potentiel de la création des univers... alors, oui, elles ont le pouvoir de s'adapter aux grands changements que nous traversons et que nous traverserons... pour peux que nous leur en donnions la permission (la père mission), en transformant nos croyances limitantes !
Alors, oui, donnons nous la Père Mission (la permission) qui consiste à se donner le droit d'être heureux tout simplement, d'être qui nous sommes sans mensonges, au plus juste de notre regard intérieur sur qui nous sommes.
Nous ne sommes pas parfaits et personnes ne l'est... nous sommes humains aussi !
Mais nous tendons tous et souhaitons tous, devenir, la meilleure version de nous-m'aime. ( et non, ce n'est pas une faute d'orthographe)...
Voilà, pour finir ce petit billet :
Merci
♥️
Evelyne.C
https//:www.evelyneenergie.com
Thérapeute49 J’aime
Photo de Evelyne Cavallero.

mardi 21 août 2018







Mon expérience de passeuse d'âmes !





Comment j'ai vécu des expérience où j'étais confronté avec ceux qui sont de l'autre côté du voile !
Ceux que l'on nome âmes errantes, perdues...


       La vie est pleine de surprise et parfois, on se sent dépassé ou impuissant face aux 
expériences qu'elle nous offre !
       Avoir la capacité de capter l'invisible, le dématérialisé n'est pas toujours facile à vivre.
Parfois, on le nie, parfois on s'y lance sans préparation... 
       Je partage dans cette nouvelle vidéo, mon expérience, ce que j'ai vécu et comment j'ai apprivoisé et dépassé mes peurs et suis arrivée dans un espace de service à la vie et au vivant... 


       Aider ceux qui n'arrive pas à passer vers "la lumière" comme il est coutume de le dire...
c'est aider la Terre et le vivant aussi...cela fait partie de ma part du "colibri" pour libérer, accompagner, et faire en sorte que la vibration de notre monde s’élève.

       Je parle dans cette vidéo de la flamme blanche, du rayon blanc, des Maîtres Ascensionnés...
Je vous invite à aller voir mes autres vidéos où je fais cas de ces énergies pour plus d'infos.
Il y a beaucoup de bons sites pour au moins se familiariser avec l’énergie des Maîtres, de la Fraternité blanche...

       Pour le reste,pour la connexion, c'est aussi une histoire de cœur. c'est par le cœur et le verbe que l'on se connecte à ces énergies, même si l'ego ou le mental mettent cela en doute, alignez-vous sur le divin en vous et choisissez de croire en votre lumière.


et pour plus d'infos ici et


Dans mon travail de passeuse et dans ma compréhension et le service que je peux mettre en place, j’opère en Six  étapes :

1 - Reconnaître qu'il y a une demande
2 - Nourrir de l'amour en moi pour être dans un espace bienveillant 
3 - Appeler mes guides et les énergies préposées au passage
4 - Créer un vortex, un ascenseur, un portail
5 - Demander aux guides de prendre en charge l'âme ou les âmes qui sont en demandent, ou qui sont bloquées.
6- Etat de gratitude, et remerciement 

Il y a des médiums qui pourront aller plus loin dans l'accompagnement et être plus en rapport direct avec les défunts,mais ce n'est pas mon cas. A chacun sa place et tout est parfait quand on se respecte et quand on respecte se pourquoi on est fait !

https://www.evelynecavalleroenergie.com
A vous de voir si cela fait écho en vous...
Si vous avez des questions, n'hésitez pas à les poser et si c'est dans mes cordes, je me ferai un plaisir d 'y répondre.
Evelyne.C

mardi 14 août 2018

Exercices pour entrer en communication avec le vivant

Exercices en quatre temps pour entrer en communication avec le vivant



En allant sur le petit chemin de terre, en regardant la lumière se promener dans les feuillages, il m'est venu l'idée de quelques petits exercices pour favoriser le réveil de votre écoute intérieure...

Cette écoute n'a rien à voir avec le fait d'entendre une voix, mais, simplement, d'être à l'écoute de son ressenti, de soi, de se qui ce passe en soi.... 
Et oui, la communication se fait à l’intérieur de soi. C'est deux, voir plusieurs fréquences, qui se rencontrent. Dans ce jeu, une alchimie se crée, une symbiose, une symphonie à laquelle on participe dans la joie profonde : celle du cœur !

Pour commencer et comme pour toute communication intuitive, le premier pas consiste à se laisser  "aimer"... 

"Ben ! oui ! c'est comme ça !"

Quand on s'émerveille devant une fleur, un papillon, un enfant qui nous sourit, on se laisse aimer par son énergie et au delà de ça, par sa fréquence, celle qui vibre au sein du Tout, celle qui éveille en nous l'amour qui est en nous, l'amour que nous sommes. 

Dans cet état de grâce, nous sommes déjà en communication. Juste être dans l'accueil, sans mettre de mot. Les mots définissent et ferment toute ouverture vers l'autre.
Il ne faut pas aller chercher quelque chose, mais bel et bien se laisser cueillir par quelque chose... et nous ne savons pas quoi à l'avance !
Ce peut être; juste une sensation, une image, une odeur, du bien-être, une sensation de joie qui vient du plus profond de soi, du sentiment d'être plein, rempli...
Donc, voici mon ami l'iris....
Amis qui lisez ces lignes, c'est avec lui que nous allons jouer...
Prenez de quoi noter...


Pour renouer avec la connexion au vivant et réapprendre un autre langage ! 

1/ Observation

Ce que je vous propose, c'est de faire ce petit jeu ligne après ligne.
De ne pas aller voir la fin tout de suite...

l'idée ici, c'est déjà dans un premier temps d'observer...
Observer quoi ?

Ce qui se passe en vous...

Faites vous observateur de vous même.

Comment ?

Imaginez que vous êtes en retrait, qu'il y a une conscience en vous qui observe le duo entre l'émotionnel et le mental...
Regardez comme si vous étiez entrain de visionner un film en "live..."
celui qui se déroule sous vos yeux...
Juste ça...

Imaginez qu'une trame subtile, un lien de lumière passe de votre cœur à l'iris...
Imaginez que vous êtes juste dans la proposition de créer un pont d'amour et de conscience...
Vous n'imposez rien, vous proposez un lien de cœur, pour que l'autre (l'iris) puisse vous "goûtez" et vous" s'il est d’accord, "le goûter"
Si vous vous sentez accueilli, c'est que vous l'êtes...
Ce premier contact se fait naturellement, peut se faire naturellement. Mais peut-être qu'au début, il est bon de le faire en conscience.

On ne parle pas à l'iris, on observe ce qui se passe quand on est face à cette fleur et on écoute le mental...
Il dit quoi ce petit "chéri" ?
Notez....

Il peut dire : " c'est n'importe quoi"
Il peut dire : " j'y arriverai pas"
Il peut dire : " c'est ridicule"

Notez...
Il peut dire : " de toute façon j'aime pas les iris"
Notez, tout ce qui vient...

Et c'est OK

Et en fin de course, n'oubliez pas de lui demander s'il a d'autres arguments ?

Allez-y !

Il sèche ! tant mieux !
Et c'est OK

Observez tous les trucs débiles qui peuvent sortir !

Allez-y !

Et prenez note, que celui qui observe, c'est vous, la conscience et que vous êtes neutre dans l'histoire.
Notez que l'ego, le mental, est celui qui a peur : peur d'échouer, peur de réussir, peur d'être ridicule...
Alors, là, tout de suite, vous voulez être qui ?
Les deux coexisteront tant que nous serons dans cette dimension. Positionnez-vous juste du côté où vous voulez être. 

2/ Accueillir 

Maintenant détendez-vous, prenez une bonne respiration et mettez un sourire sur vos lèvres et dans votre cœur !
Vous venez de faire l’expérience des deux espaces en vous, l’observé et celui qui observe.

l'ego n'observe pas, il ne peut pas !
Il juge et remplit son catalogue !
Il fait des catégories.
Il argumente...

Il ne peut pas être dans le spontané et ce qui n'est pas argumenté !

On reprend la photo de l'iris



On se positionne en observateur de ce qui se passe, mais cette fois, on met l'intention de s'ouvrir à la fleur.
On met l'intention d'être en quelque sorte, un messager (ère) d'amour !
On regarde sa beauté etc.
On reste dans le ressenti.
On n'attend rien (si possible ! )

Observez ce qu'est devenu votre pont de lumière.

En fait, on ouvre son cœur et on accepte que ce que l'on ressent, comme la beauté, est  la fréquence d'amour que nous envoie la fleur.
Et on accepte de se laisser aimer ; par soi et par le soi de la fleur...
Par l'esprit qui est UN de partout !

On reste dans la présence et on accueille ce qui vient !
Et rappelez-vous mon précédent article...
Vous êtes déjà en communion, donc sur la même ligne temporelle, donc en communication...

Notez quand vous le pourrez, vos impressions, tout ce qui vous est venu à l'esprit, vous ferez le tri après. Ne jetez rien, laissez venir? vous ferez le tri après.

Notez vos impressions, même s'il y en a une ou deux ou plus, c'est parfait...
PARFAIT !


3/ Apprendre à reconnaître la voix de l'ego et ce qui vient du subtil !
Maintenant, vous pouvez lire ce qui suit...

Dans vos notes, il y aura une part d'ego ou pas, de mental ou pas !

Vous allez juste faire le tri !

Je vous donne des exemples :

Je ressens : fluidité !
ego : oui c'est tellement fragile un iris !

Je reçois un parfum 
ego : oh mais c'est ça le parfum de l'iris ?

Lumineux !
ego: il est clair, il représente la pureté.

Je ressens de la plénitude, de l'amour pour la fleur (et donc pour moi)
ego : ben voilà ! il ne s'est rien passé !

4/ Validation 

Quoi qu'il ce soit passé, quoi que vous ayez pu ressentir...
Validez !

Aujourd'hui j'ai pris contact avec l'esprit de l'iris
Le corps d'un iris...
 et nous avons échangé...
J'ai reçu .......

Et s'il y a encore une autre voix qui se fait entendre, prenez note sans vous y attarder, sans y donner de l'importance...
Et revenez à votre validation, vos ressentis...



Je ne vous donnerai pas ici, mes propres ressentis, pour que vous restiez sur les vôtres.

Nos ressentis peuvent être différents, et ils seront toujours justes !
Nous sommes des prismes qui reflétons une facette du Tout...
Prenez confiance en vous !

On a déjà suffisamment donné d’interrogations à l'ego et au mental, laissons les se reposer !

Voilà, j’espère que ce petit jeu vous aura aidé ou au moins plu !

Je suis consciente qu'il y a beaucoup de techniques sur le marché. Je vous transmets seulement ma façon de faire... et de vivre la communion...

A vous de voir si cela vous parle ...
N’hésitez pas à partager vos expériences ou à poser des questions
De cœur à cœur
Evelyne .C

Voir aussi  ICI


et pour plus d'infos sur les fonctionnements de l'ego et ses sabotages ICI



lundi 16 juillet 2018

Le fonctionnement de l'ego et du mental inférieur face aux experiences traumatisantes




Le fonctionnement de l'ego et du mental inférieur face aux experiences traumatisantes 

Les experiences traumatisantes et les réponses de l'ego qui deviennent inscrites dans la matière, qui deviennent des réponses toutes faites et réactionnelles.
Comment les comprendre et qu'en faire ?

Un article que j'ai mis sur Facebook et la vidéo... pour en savoir un peu plus !



samedi 7 juillet 2018

Transformer ses croyances en évitant les sabotages de l'ego.



Transformer ses croyances en évitant les sabotages de l'ego.




Savoir s'observer et comprendre comment l'ego fonctionne sont des éléments d'importances, car, c'est ce qui va vous permettre de faire le choix d'une réponse juste et de ne pas vous laisser berner par le saboteur en vous.

Rien ne se fait sans entrainement, ça aussi, il faut le comprendre. Nous sommes ici en apprentissage et rien ne peut s'apprendre sans faire ses gammes au préalable !
Alors, voilà, nous avons un enseignant en la matière, bien malgré-lui, du reste. Peu importe le temps qu'il vous faudra pour avancer, l'important c'est d'avancer. N'est-ce pas ?

Tous les obstacles que met l'ego ou le mental inférieur en place, peuvent être pris pour des moyens d'aller de plus en plus vers la maîtrise de nos pensées, des mouvements intérieurs et de nos choix.

Du coup, nous devenons de plus en plus responsable de nos vie et de plus en plus partenaire du vivant. Car nos choix implique beaucoup plus que ce que nous pensons en général. Par exemple, moins nous alimentons nos propres peurs, moins nous alimentons les peurs sur le plan collectif.

Je vous invite donc, à prendre conscience de ces petits mouvements intérieurs et à commencer à les accepter, les aimer (=leur laisser le droit d'être), les maîtriser ( faire un choix conscient de réponse). 

Bonne pratique

Amour du coeur
Evelyne.C

Voir aussi d'autres vidéos sur le même sujet : ici  et





jeudi 28 juin 2018




L'ego et la nature

Ma relation à la nature






Quand je suis dans la nature, je suis en relation avec ma nature primordiale. Celle qui existait avant que je crée le monde par mes pensées, ou mon monde tel qu'il est, par la pensée. Je le crée et l’ai créé de façon individuelle et collective, à partir de mes (nos) croyances et projections.
Le monde n'est pas la Terre ou le Vivant, mais l'espace créé de toutes pièces par l'humain, sur tous les plans.

Si je juge le monde, je me sens en crispation, car ce que je vois me fait me sentir mal, coupable. Je me coupe alors de ma véritable nature, celle qui fait de moi un créateur. Je refuse ma responsabilité de créateur (bien différente de la culpabilité).

Les mécanismes de l’ego font que je vais m’assimiler à ce que je vois : je deviens « je suis cela ou ceci ».
Et si ce que je vois ne me plait pas...
Bref : je me fais un nœud au cerveau, une entourloupe…

Plus ce que je vois ne rentre pas dans le cadre de ce que je crois être juste, de ce qui devrait être (selon le mental), pour que je sois heureuse (heureux), plus je rentre en stress, en douleur et en jugement : « le juge ment ».

Dans la nature, je ne peux pas m’identifier à mes créations, sauf si je déambule dans un champ de maïs transgénique ou parmi des brebis clônées…
Dans la nature je peux choisir de me connecter à la beauté d’une fleur, d’un paysage, d’un lieu, d’un animal…

Je ne suis pas en résonance avec ce que je crée ou ce que j’ai créé dans le monde.

Je suis en résonance avec l’illimité, le puissant, l’harmonie (même si elle passe par des mouvements d’eco-équilibre inhérent à la réalité de ce monde).
Je suis en contact avec ce qu’il y a de plus grand et je constate que la vie prend soin de chacun.

Oui, je sais, ce n’est pas évident pour tout le monde. Pourtant, la vie, la nature, font en sortent que l’homme puisse trouver dans la flore tous les remèdes dont elle sait qu’il aura besoin. Et au fur et à mesure que l’homme évolue, qu’il se crée de nouveaux problèmes, la nature s'arrangera pour créer ce dont il a besoin
Ce n'est qu'un exemple parmi d'autres...

La nature fournit : nourriture, abri, matière…

L’homme croit que cela est un dû, alors qu’il s’agit plutôt d’un cadeau. Un cadeau de cette part de nous qu’est la nature. Nous faisons partie d’elle, comme elle fait partie de nous. En n’en tenant pas compte, en voulant la détruire, ou la contrôler, c’est du créateur en nous dont nous ne tenons pas compte ou que nous voulons contrôler. C’est la Vie que nous voulons avoir sous notre contrôle. Comme si la Vie pouvait être contenue dans quoi que ce soit !

Quand je suis en amour avec la Nature, je suis en Amour avec la nature en moi : mon côté divin et mon côté humain… le magnifique, l’immuable, la puissance, le périssable, le temporel, l’infiniment petit…

Je peux m’aimer… je me ressource à ma propre source d’amour. Je suis en connexion avec ma nature primordiale, et je peux me voir comme innocent et innocente…

Loin de l’agitation du faux moi, du monde, je peux me mettre en relation avec l’amour en moi. La nature et les animaux représentant l’innocence. C’est là que l’ego a placé l’innocence et notre nature. Car dans le schéma de ce que nous sommes, divisé en de multiples parties, il fallait bien mettre cela quelque part ! Le Un divisé et polarisé = le tableau que je crois avoir sous mes yeux.

Si je fais le choix de vivre dans la nature, au fin fond, d'un endroit perdu, c'est peut-être parce que j'ai décidé d'être contre le monde et de le quitter, de le rejeter.

Si je suis contre le monde, à ce moment-là, j’accepte ma nature, mais je n’accepte pas mes créations. Ce qui ne résout rien.

Je peux vouloir détruire ma propre nature en détruisant la nature, croyant que cela va me permettre le contrôle de ma vie, de celles des autres et de mon bonheur. Belle illusion !

Bien sûr, tout ça est, la plupart du temps, inconscient ! Sauf pour certains et surtout pour l’ego, qui ne veut pas mourir et qui croit que si nous retournons à notre nature, si nous avons la connexion avec ce que nous sommes réellement, il va disparaître !

Ce qui va disparaître, ce n’est pas l’ego, mais l’influence et le contrôle qu’il exerce sur nous tous.

 Ce qui pourrait apparaître, c’est, la liberté de choisir d’agir, de penser en être divin incarné, responsable, et qui écoute de façon sage, les conseils du moi supérieur via les idées et l’intuition. 

Ce qui risque de disparaître, c’est notre accoutumance à laisser notre ordinateur de bord décider pour nous, de nos vies et de nos choix.

Voilà en quelque sorte pourquoi le monde que nous avons créé avec nos ego (peurs, croyances, limitations, systèmes de défense) et ceux qui ne veulent pas d’une humanité responsable et connectée à son espace lumière, s’attachent à détruire la nature. 

Imaginez un monde où il n’y aurait que des ego !

Prendre responsabilité de ses créations et de sa vie 

Je crée le monde à chaque instant et dans l’instant je peux faire d’autres choix :

Des choix de vie ou de mort. 

Des choix de déséquilibres dommageables pour le vivant.
ou
Des choix pour soutenir le vivant dont je fais partie 

J’ai le libre arbitre… et j’ai le pouvoir de créer. Alors, qu’est-ce que j’en fais ?

Pas besoins d’avoir lu le secret pour pouvoir créer, pas besoin d’un mode d’emploi. Cela se fait naturellement et ce, depuis toujours. Ce que je crois se valide jour après jour. Ce que je pense finit par trouver sa place dans le monde physique.

Ce que je vis émotionnellement me stresse ? Alors, j’en tire une croyance et un système de protection (c’est le même depuis le temps des dinosaures et même avant, mais on se fait plaisir en croyant que l’on a inventé quelque chose !).
Je m’enferme (je me mets en enfer)

Faire le choix d'une pause et du vivant, pour se retrouver soi-même ( soi m'aime)

Alors, je vais aller créer du lien avec la nature. 
Je vais respirer l’eau et boire le ciel, écouter parler la terre et me laisser transmuter par les feux salvateurs…

Je vais aller faire « un » avec ma véritable nature, celle qui n’appartient à rien et à tout. 
Celle qui n’est rien et qui est tout. Celle qui participe à la fois de l’infiniment grand et de l’infiniment petit.

Je suis fait, faite d’éther. Je me suis densifié (e) en eau, en feu, en terre, en air…

Je suis le minéral, le végétal, l’animal et l’humain… mon corps, mon véhicule est fait de tout cela.

Avec tout cela en moi, en une représentation unique du vivant, comment en mon monde, pour commencer, ne pourrais-je pas unifier toutes ces parties de moi en moi et les faire cohabiter harmonieusement ?

Peut-être que je n’y arriverai pas demain, comme je n’y suis pas parvenu(e) hier. Mais aujourd’hui, je peux rêver et manifester cette union. Car aujourd’hui j’ai tous les pouvoirs et les possibles en moi.

Je peux soutenir le vivant, car je suis le vivant et je peux choisir le vivant en moi, sans renier l’ordinateur en moi (l’ego). Mais en le remettant à sa juste place et en l’aimant pour ce qu’il est.

Je peux choisir de sortir du clivage « prendre par la force ou renoncer » : clivage préféré de l’ego.

Je peux choisir d’apprendre à le connaître et connaître ce que je suis et ne suis pas. Je peux choisir d’être responsable de mes actes : autrement dit, de rentrer de plus en plus dans la conscience et à chaque pas inadéquat, apprendre à en tirer une leçon et à reformuler mes pensées, mes intentions, ma focalisation. Je peux modifier mes croyances, mettre de l’espace entre moi et le système réactif…

Je peux choisir de voir l’unité ou la séparation…

Je peux choisir d'être heureux ou heureuse ou d'avoir raison !

J'ai ce pouvoir là !



La nature nous la portons en nous. Quelquefois, il est bon de s’y ressourcer, d’y vivre. Mais si nous nous en servons pour rejeter nos créations, nous ne sommes plus en connexion avec la justesse et l’amour.

Tout est dit au travers de la nature : l’enracinement, la croissance vers le ciel qui ne peut se faire sans l’enracinement. Le même enracinement permet de respirer. Tout est en mouvement et tout est dans l’accueil de ce qui est.

Je peux choisir, prendre responsabilité de mon rôle de créateur… C’est là qu’est mon véritable pouvoir…

Evelyne.C